mercredi 19 octobre 2016

[Interview]Gilles Milo-Vacéri

Bonjour, à l'occasion de la sortie de son nouveau livre l'Affaire Aurore S (vous pouvez lire la chronique par ici), j'ai eu l'occasion de poser quelques questions à Gilles Milo-Vacéri

Je tiens à remercier Gilles Milo-Vacéri pour ses actions envers les blogs et sa gentillesse. 

L'Affaire Aurore S. est sorti depuis le 15 octobre

Bonne lecture !!! 

Question 1 : Est-ce qu’écrire un thriller-romance est quelque chose de compliqué ?


À vrai dire, L’affaire Aurore S. est mon premier roman se situant à mi-chemin des deux styles et pour des raisons évidentes qui touchent à ma vie privée. Oui, c’est compliqué, car il faut conserver une certaine dose des deux genres, les mélanger subtilement et en faire un récit qui soit acceptable sans que l’un ne prenne le dessus sur l’autre. C’est doublement difficile quand on décide de parler de soi et d’inclure des faits réels dans une fiction.
A priori, ce serait ma réponse, pourtant je dois avouer que si je considère la vitesse à laquelle le roman a été écrit, ce n’est pas complètement vrai. De fait, j’en parle plus bas, l’écriture s’est révélée assez facile et coulant de sens avec une logique implacable. Peut-être que l’aspect personnel m’a aidé à trouver les mots ? Je ne sais pas, mais une chose demeure, je ne me suis posé aucune question en l’écrivant et au final, quand je vois l’avis général dans les critiques, je pense que j’ai réussi à relever un défi dont je n’avais même pas conscience.

Question 2 : Qu’est-ce qui a été compliqué dans l’écriture de l’affaire Aurore S. ?
 
Pour l’expliquer, je dois remonter dans mon passé d’auteur. Je n’ai jamais parlé de moi et encore moins évoqué ma vie privée auparavant alors que bon nombre ont essayé de me faire dire ce que je ne voulais pas... (sourire). J’étais donc pudique et cet été, devant un choc émotionnel que j’ai très mal vécu, j’ai senti que ma survie passerait par autre chose. J’ai même surpris mes amis à qui je me suis confié, alors que je ne le faisais jamais.
Pour revenir à L’affaire Aurore S., le livre est né après une nuit d’angoisse au cours de laquelle un cauchemar m’avait réveillé et catapulté dans un état lamentable. Le scénario, les personnages, l’idée, tout était clair dans ma tête. En cours d’écriture, ce qui a été le plus difficile et qui m’a souvent obligé à m’interrompre furent les passages réels de ma vie, le chagrin absolu et la profonde détresse dans lesquels je me trouvais à ce moment. C’est aussi cela qui a apporté cette touche de vérité dans la narration et qui a été si bien ressentie par toutes les personnes qui l’ont lu.
Je savais que je prenais un risque en signant un tel récit, que cela pourrait déplaire à mes lecteurs habituels, mais je l’ai assumé et je ne regrette rien. Ce livre est le plus beau que je n’ai jamais écrit et certainement le plus grand cri d’amour que je pouvais offrir à la femme que j’aime.

Question 3 : Qu’est-ce qui vous plaît dans le genre thriller ? Et dans le genre romance ?
 
J’ai cette chance de pouvoir me diversifier et d’écrire dans de multiples domaines. L’érotisme, le polar, le thriller, l’historique... et ma plume protéiforme se fond avec bonheur dans ces différents genres. Je pourrais même dire que j’obtiens la satisfaction de mes lecteurs, au moins ceux qui m’en font part et c’est bien là mon but premier : Les faire rêver et oublier la routine ou les soucis du quotidien.
Le polar / thriller est mon genre préféré. j’adore inventer une intrigue à tiroirs, avec de fausses pistes, des indices, des mystères, des énigmes qui semblent faciles à résoudre et perdre ainsi mon lecteur jusqu’à la solution qu’il ne découvrira réellement qu’à la fin et a contrario de tout ce qu’il avait pu imaginer.
La romance, j’apprends à l’écrire en vérité, car chaque genre possède ses codes et on ne peut passer à côté. Une histoire d’amour est un beau cadeau de la vie et cela mérite que l’on s’y penche sérieusement. Par contre, je suis incapable d’en écrire pour midinettes en folie ou en suivant les séries abrutissantes qui trustent le marché actuel, avec des titres et des couvertures similaires. L’amour n’est pas simple et ne concerne pas que les milliardaires. À mes yeux, une romance se doit aussi d’être crédible pour pouvoir faire rêver.

Question 4 : Pourquoi avoir choisi la forêt de Rambouillet ?

C’est la question la plus facile (sourire) ! Tout simplement parce que je suis venu dans les Yvelines par amour pour une femme et qu’elle réside très près de cette forêt. Ensuite, pour mon thriller, il me fallait un cadre permettant des meurtres en série et des plus glauques. Une forêt est toujours un endroit mystérieux et qui induit la peur auprès de beaucoup de gens. Demandez à quelqu’un de se promener dans les bois, en pleine nuit... Bien peu vous suivront !

Question 5 : Et plus généralement, comment choisissez-vous les lieux de vos romans ? Est-ce que ce sont des coups de cœur ? Des lieux repérés et préparés ?
 
S’il y a une chose à laquelle j’attache beaucoup d’importance, c’est la crédibilité d’un récit. Je pense toujours au lecteur qui réside près d’un lieu où je plante mon décor. Si je raconte n’importe quoi, il le verra tout de suite et n’appréciera pas. Par conséquent, je me sers souvent de mes expériences, de mon passé et des lieux que je connais pour y avoir résidé ou mené à bien des voyages, voire quelques aventures...
Avant d’écrire, je passe énormément de temps en recherches de toutes sortes et je ne me fie pas à mes connaissances ou mes souvenirs. Ainsi, sortira prochainement Les amants du Titanic, chez les Éditions Harlequin. Comme son titre ne l’indique pas obligatoirement, il s’agit d’un polar sur fond historique, avec une romance au second plan. J’ai passé trois semaines à fouiller dans les archives navales et mon récit coïncide précisément avec l’histoire réelle - du moins, celle qui est connue et retenue - de ce paquebot et de son naufrage.

Question 6 : Parlez-moi un peu des poèmes qui ont une belle place dans ce livre.
 
Je ne pouvais pas passer sous silence la poésie dans ce roman, car elle est à l’origine de l’histoire d’amour et pour en savoir plus, il faudra lire L’affaire Aurore S. !
En ce qui me concerne, j’avais 9 ans quand je suis tombé sur un recueil de Verlaine, Les poèmes saturniens et ce fameux texte, Mon rêve familier. Ce poème m’avait marqué profondément et j’ai voulu en faire autant ! Bon, avec la maladresse d’un enfant bien sûr, mais la poésie ne m’a jamais quitté et j’en ai beaucoup écrit. Dès que je me suis professionnalisé, j’ai vite compris que ce genre littéraire n’intéressait plus personne et je suis passé à autre chose. Cela dit, il n’empêche que c’est grâce à la poésie que j’ai pu rencontrer la femme de ma vie, ce qui me permet d’affirmer qu’elle n’a pas disparu pour tout le monde et qu’elle traduit une hypersensibilité très rare, chez les hommes comme chez les femmes.

Question 7 : Quelques mots de l’auteur pour donner envie aux lecteurs de lire l’affaire Aurore S.
 
Ce livre est le plus important de toute ma bibliographie. Après plus d’une centaine de titres parus, nouvelles ou romans, quels que soient les genres, c’est le plus personnel, le plus intime et un véritable cri du cœur. Je l’ai écrit sciemment avec un but bien précis et je l’assume totalement, sans aucun regret ni remords.
Je désire justement que l’on oublie l’auteur pour se consacrer à une seule chose, la lecture de ce roman, à mi-chemin entre vérité et fiction. J’aimerai que l’on découvre la femme extraordinaire qui se cache derrière Aurore S. et que l’on vive cette histoire comme un roman sans chercher à traduire, à disséquer ou à discerner le vrai du faux. Il n’y a qu’une femme qui pourra le lire avec un regard différent, certes, mais il n’en reste pas moins vrai que ce livre est porté par une intrigue où beaucoup se régaleront et aimeront... se perdre ! D’ailleurs, la fin est impossible à deviner, malgré les indices que je sème au gré des chapitres.
Compte tenu des retours des Service Presse et une grosse majorité de coups de cœur ou de notes excellentes, je pense que l’exercice est réussi et que les lectrices et les lecteurs ne s’y sont pas trompés. Il y a du vrai, oui, mais l’intrigue tient la route et personne ne restera indifférent à l’histoire d’Aurore et Greg.
Ce thriller est un maelstrom de différentes émotions fortes et vous vivrez une belle histoire d’amour, vous tremblerez de peur, vous aurez envie de comprendre, de savoir, vous serez mené par le suspense de l’enquête et après quelques larmes pour les plus sensibles, vous prendrez une « gifle », à la fin, en découvrant autre chose que prévu et une issue que vous ne pouviez guère deviner.
Si je ne devais conserver qu’un seul titre de ma production, malgré tous les romans qui me tiennent à cœur pour différentes raisons, je ne garderais que L’affaire Aurore S..

Pour retouver (voire acheter) l'affaire Aurore S., cliquez sur le lien : L'Affaire Aurore S. 

----------------------------------------------------------------------------------------
Est-ce que cette interview vous a donné envie de lire le roman l'Affaire Aurore S. ? J'espère que oui. 
----------------------------------------------------------------------------------------

-Zélie-  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez laisser vos impressions ci-dessous :