samedi 30 mai 2020

[Interview]Gwénaëlle Daoulas

Bonjour à tous, je vous présente aujourd'hui l'interview de Gwénaëlle Daoulas dont j'ai fait la chronique hier de son recueil de nouvelles, Sous la surface, vous pouvez cliquer sur le titre pour lire la chronique. Je vous invite à lire la suite pour mieux connaître l'auteur.

     Bonjour Gwénaëlle, pourrais-tu te présenter à mes lecteurs
Bonjour ! Merci à toi de m’accorder cette interview. Alors, moi en quelques mots… J’ai 32 ans, je suis mariée et j’ai deux enfants de 14 mois. Je suis professeur de français à Chauny, une petite ville de l’Aisne, en Picardie. La littérature est omniprésente dans ma vie, que ce soit en livres papier ou numériques, et dès que j’ai un peu de temps pour moi, je le consacre à l’écriture. J’y ai plongé très tôt : enfant, j’adorais écrire des histoires, et à 13 ans, ma professeure de français m’a inscrite à un concours d’écriture. C‘est d’ailleurs la nouvelle Une étrange Aventure, que j’ai légèrement remaniée depuis, qui avait à l’époque gagné le premier prix et m’a ouvert les portes d’un monde immense ! 

Je viens de terminer de lire ton recueil de nouvelles. Comment t’es venue l’idée de ce recueil?
L’idée d’un recueil m’est venue tout naturellement : j’avais écrit, au fil des années, plusieurs nouvelles, que ce soit pour moi-même ou pour des concours. Je me suis rendue compte que pour la plupart d’entre elles, un fil conducteur les reliait : beaucoup étaient des nouvelles à chute, jouant avec l’identité des personnages. En outre, une certaine ombre flottait souvent dans leur âme. Je les ai donc assemblées sous ce titre, Sous la Surface, faisant référence à ce qui se trame sous le vernis. 

Combien de temps as-tu mis pour l’écriture? As-tu des rituels d’écriture comme boire un thé ou un café, avec ou sans musique, à la main ou sur l’ordinateur
En général, l’écriture d’une nouvelle se fait soit en un seul bloc, soit en quelques jours. J’écris beaucoup à l’ordinateur, mais il m’est arrivé d’écrire aussi sur des feuilles ou des cahiers, quand je ne suis pas dans mon bureau et qu’une idée me vient. Ensuite, je laisse reposer, et j’y reviens quelque temps après, pour pouvoir me relire avec un regard neuf. Pour ce recueil en particulier, dont l’écriture s’étale de 2000 à 2014, j’ai transformé plusieurs fois les nouvelles, à mesure que mon écriture vieillissait avec moi, peut-être.
Lorsque j’écris, j’aime effectivement boire un thé, un cappuccino, avec quelques biscuits… Ecrire n’est pas bon pour mon régime ! Mais quel bonheur que de s’installer à son bureau, devant l’ordinateur, avec une tasse fumante… En priant pour qu’elle ne se renverse pas sur mes carnets de notes !
D’ailleurs, si tu voyais mon bureau : j’y ai installé un vrai mini bar, avec bouilloire, thé, tisane, café et cappuccino… Un vrai nid douillet ! 

Explique-moi ton parcours pour l’édition de ton recueil. 
J’ai d’abord voulu passer par l’édition classique. J’ai donc envoyé mon recueil à plusieurs maisons, en 2018. Mais le parcours était difficile, entre les maisons d’édition qui ne souhaitent pas publier de nouvelles, celles qui ne sont pas convaincues et celles, malheureusement, qui s’apprêtent à mettre la clé sous la porte… On m’a proposé un contrat, qui ne m’a pas convaincue. Au bout de deux années à laisser dormir mon recueil dans un tiroir, j’ai donc fini par me décider à m’auto-publier en passant par KDP.  

Pourquoi des nouvelles
J’ai toujours aimé ce format court, qui permet de travailler peu de personnages et de se concentrer sur quelques moments particuliers. C’est un format qui favorise le picorement : les lecteurs peuvent lire une nouvelle d’une traite, en quelques minutes, et revenir plus tard dans le recueil pour en lire une autre. L’enjeu, et le jeu, et donc d’essayer de développer tout un univers en quelques pages seulement. 

As-tu d’autres projets dont tu peux nous parler
Oui ! Je suis actuellement en train d’écrire un roman que je pourrais qualifier d’historico-fantastique, courant sur plusieurs époques. J’ai également commencé il y a quelques années une série d’albums pour enfants dont j’espère bien reprendre l’écriture un jour.
Mon univers de prédilection, que ce soit dans les nouvelles, le roman ou les albums, demeure le genre fantastique. 

Un dernier mot pour les lecteurs, pour leur donner envie de te lire peut-être.
Si vous aimez vous faire surprendre, accompagnez-moi : laissez-moi vous mentir joliment. Fermez les yeux, laissez-vous guider, créez tout un petit monde dans votre esprit ; je vous tiendrai par la main pour vous emmener dans mon univers. Ouvrez les yeux : vous attendiez-vous à cela ?
Pour vous faire une idée, vous pouvez découvrir la première nouvelle en intégralité sur le site d’Amazon, il suffit de cliquer sur ce lien : Première nouvelle.

Un grand merci à Gwénaëlle qui a bien voulu répondre à mes questions. Je suis ravie de l'avoir lu. J'espère que vous également. N'oubliez pas de mettre vos commentaires sur Amazon pour donner votre avis. 

-Zélie-

vendredi 29 mai 2020

[Chronique]Sous la surface de Gwénaëlle Daoulas

Bonjour à tous, je suis encore plus ravie que pour le précédent article car aujourd'hui je vous présente un recueil de nouvelle : Sous la surface écrit par Gwénaëlle Daoulas, que je connais très bien. Nous avons partagé un voyage étudiant en République d'Irlande, il y a quelques années et depuis nous sommes restés en contact. Que je suis contente qu'elle ait sauté le pas et publié ses nouvelles en auto-édition.



Présentation : 


Titre : Sous la surface
Auteur : Gwénaëlle Daoulas
Édition : Auto-édition
Genre : Nouvelle
Nombre de pages : 143 pages

Résumé :


Un prisonnier qui rêve d’évasion ; un monstre inquiétant qui chasse ses proies dans la ville endormie, une petite chapelle mystérieuse, à laquelle on prête d’étranges pouvoirs ; ou encore une vieille femme qui assouvit sa vengeance après toute une vie entre parenthèses…
Découvrez leurs histoires insolites, ainsi que celles d’un auteur prolifique propulsé dans un monde parallèle, d’un écrivain en panne d’inspiration ou encore d’un pianiste trop aimé…Dix nouvelles qui font craqueler la mince frontière entre le fantasme et la réalité. Méfiez-vous, lecteur ! Les apparences sont souvent trompeuses...


Mon avis :


J'avais une panne de lecture mais grâce au 6ème tome des sept soeurs de Lucinda Riley et au recueil de nouvelles de Gwénaëlle, je crois que c'est reparti et surtout, je suis motivée à publier cette année.  Alors merci ! 

Écrire et publier un recueil de nouvelles posent certains problèmes comme le point commun du recueil ou encore la manière de présenter le synopsis. Dans ces textes, vous avez 10 nouvelles où la limite entre la réalité et l'irréel est parfois très fine d'où le titre. 

Pour le chroniqueur, il est parfois aussi difficile de faire une synthèse des nouvelles lues car il ne faut pas en dévoiler trop ni ne pas en dire assez. C'est donc compliqué. Mais ... c'est aussi un challenge intéressant à relever. J'ai donc décidé de donner d'abord mon impression globale puis de parler de chaque nouvelle. 

Impression globale :  Le style de Gwénaëlle est très précis, très travaillé, avec une langage très soutenu et puissant mais c'est normal, être professeur de lettres moderne donne un avantage certain. J'ai adoré les citations au début de chaque nouvelle. Chaque texte est unique en son genre, ce qui est difficile à réaliser. Il y a un fond d'angoissant et de peur dans l'ensemble des nouvelles. De plus, j'ai été ravie de voir apparaître de temps en temps un brin d'Histoire ou des auteurs connus comme Jules Verne ou un tiot' peu de picard. Je voulais lire ce recueil petit à petit pour en profiter le plus de temps possible mais mon cerveau en a décidé autrement et je l'ai dévoré. Je n'ai jamais lu un recueil de nouvelles aussi vite.

Et par-delà la fenêtre, la liberté … : Nouvelle angoissante de quelqu'un enfermé. Respect absolu des consignes des nouvelles. J’ai appris un nouveau mot : vespérale.


Quatre secondes : Flippant ! Très psychologique mais un vrai bonbon quand même.


Une étrange aventure : Où l’on rencontre Jules Verne et les mondes parallèles. Un beau clin d’œil à notre auteur picard le plus célèbre.


Tel un vélociraptor : Triste et touchant ! Comme quoi l'imagination est importante.


Le mystère de la chapelle illuminée : J’ai découvert le village d'Englebelmer dans la Somme près de Beaumont-Hamel. J'aime beaucoup quand il y a un lien avec l’Histoire ainsi que des histoires de village et puis un brin de picard à saupoudrer par dessus. C'est ma préférée numéro 3.


Requiem pour un pianiste : Classique mais très bien écrit !


Que suis-je ? … : Perturbant ! Superbe chute !


Le secret des tableaux : J'ai eu un véritable frisson en lisant cette nouvelle ! C'est ma préférée numéro 1. 


Renaissance : Une tribu inconnue et un rite initiatique où le monde semble avoir bien changé.


Et c’est dans mes yeux qu’ils lisaient : Un joli texte pour terminer le recueil avec le syndrome de la page blanche des écrivains, la hantise pure. C'est ma préférée numéro 2.

Je le redis mais je suis ravie que Gwénaëlle se soit lancée dans l'auto-édition et nous propose ses textes. J'attends la suite. Je vais vous proposer une interview sous peu pour découvrir l'auteur derrière les mots.


Résumé  :  Un très beau et inquiétant recueil de nouvelles à découvrir absolument !

Ma note : 10/10

--------------------------------------------------------------------------------
Lisez-vous des recueils de nouvelles ? Si oui, n'hésitez pas à soumettre des propositions en commentaire, j'en lirais peut-être.
--------------------------------------------------------------------------------

-Zélie-