samedi 19 mars 2016

[Chronique-ITW]Sansonnets, un cygne à l'envers de Pierre Thiry

Bonjour, aujourd'hui un livre rempli de poésie. J'ai nommé Sansonnets, un cygne à l'envers de Pierre Thiry. 100 sonnets pour ravir votre langue, je vous invite à les lire à voix haute, c'est encore mieux. 

Je remercie Pierre Thiry pour l'envoi de son livre et pour sa dédicace. J'ai grandement apprécié le soin apporté à cet envoi. Ainsi que la lettre qui accompagnait le livre. C'est un véritable plus. Et je le remercie pour son tempe et ses réponses à l'interview.

Pierre Thiry est ce dimanche au salon du livre de Paris. N'hésitez pas à aller le voir de 14h à 16h au stand C46

Et ce livre me permet de valider la lettre T dans le challenge ABC. 

Bonne lecture !!!  

Sansonnets, un cygne à l'envers de Pierre Thiry

Présentation :



Titre : Sansonnets, un cygne à l'envers
Auteur : Pierre Thiry
Edition : Editeur Books on Demand
Genre : Poésie
Nombre de pages : 120 pages

Résumé :


Ces cent sonnets ont été écrits un peu n'importe quand, lorsque j'avais du temps : à l'arrêt d'autobus, sur le quai de la gare SNCF, dans un train, sur une terrasse de café, dans une salle d'attente, sur un coin de table durant un repas ennuyeux, dans ma cuisine, dans mon bureau, dans un magasin de chaussures, en attendant mon tour à La Poste, en discutant avec ma coiffeuse, en attendant un dessert au restaurant, en marchant en forêt, en essayant une nouvelle chemise, en lisant un livre, en marchant sous la pluie, en savourant un concert, en rêvant au sourire chaleureux de la meilleure des amies, en écoutant converser les sansonnets au-dessus de l'étang des cygnes... Où mènent-ils ? Vers la recette de... De quoi ? Ouvre, explore et tu verras.

Mon avis :


Je ne lis quasiment pas de poésie. Et il faut avouer qu'il faut savoir se faire peur un peu dans la vie. J'ai donc décidé de lire un peu de poésie et me voici lancer dans le livre de Pierre Thiry

Et je peux vous dire qu'il m'a réconcilié avec la poésie. J'ai de vagues souvenirs de poèmes à apprendre par coeur pour l'école mais là, après cette lecture, j'ai eu envie de m'y rémettre. 

J'ai d'ailleurs lu quelques poèmes à haute voix pour mieux comprendre les sonorités et les sens cachés et ça marche du tonnerre. 

De plus, les poèmes, les sonnets, sont vraiment bien écrits, très recherchés dans les mots, dans les sonorités et dans les histoire qu'ils racontent. Parfois les poèmes se répondent, se jouent de nous, s'amusent. Ce sont des sonnets amusants, j'ai passé un sacré bon moment à les lire. Et je peux vous dire que je n'ai pas souvent vu ça avec des poèmes, voire jamais. 

J'ai également apprécié les explications à la fin du recueil, l'auteur nous y explique pourquoi il a écrit ses 100 sonnets et on y apprends une foule de choses vraiment très intéressantes. 

Alors si vous voulez vous reconcilier avec la poésie, je vous invite à lire ce petit recueil. 

Je le recommande !!!!  

Mon interview : 


1°) Pourriez-vous vous présenter à mes lecteurs, en quelques mots ou un sonnet ?



Je suis quelqu'un qui aime écrire, pour le plaisir, pour m'amuser, pour jouer avec les mots. J'aime les livres, les langues, la littérature. Je déteste perdre mon temps. J'aime lire, écrire, faire rebondir et s'entrechoquer lecture et écriture. J'aime partager l'écriture, celle des autres et la mienne. Je suis animateur d'ateliers d'écriture. J'essaie de vivre de mon écriture et de la mettre au service des autres. Je suis aussi auteur. J'ai publié quatre livres: «Ramsès au pays de points-virgules», «Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines», «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert» et «Sansonnets un cygne à l'envers». Je travaille en ce moment à la rédaction de plusieurs autres projets, en prenant mon temps. L'écriture a besoin que le temps s'écoule pour éclore.



2°) Portrait chinois



Si j'étais une fleur, Une primevère.

Si j'étais une saison, Le printemps.

Si j'étais un animal, Un chat.

Si j'étais un personnage de roman,Charles Hockolmess, le chat noir au chapeau melon qui apparaît dans deux de mes livres: «Rarmsès au pays des points-virgules» et «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert». 

Si j'étais un objet, je ne peux pas plus être un objet qu'un sujet ou qu'un rejet. Je veux rester libre d'écrire, de penser, de danser, de courir,  de dormir ou de ronronner de plaisir. Il y a des moments où j'aimerais être une chandelle. C'est surprenant une chandelle: c'est fragile et cela éclaire. C'est décevant aussi car cela se consume. 



3°) Comment avez-vous fait pour faire publier votre recueil ? J'ai vu que l'éditeur était Books on Demand, je ne connaissais pas du tout.



Je souhaitais publier des textes depuis quelques temps. J'ai envoyé plusieurs projets chez des éditeurs. J'ai eu quelques réponses favorables mais la publication traînait en longueur. C'est au salon du livre de Paris, un peu par hasard, en flânant à travers les stands que j'ai fait connaissance avec Books on Demand. Je voulais pouvoir offrir «Ramsès au pays des points-virgules» à Noël. Il fallait faire vite. Je l'ai donc auto publié chez Books on Demand et j'ai pu l'offrir à Noël.  Ma surprise a été ensuite d'en vendre et d'en diffuser beaucoup plus que ce que je m'étais imaginé au départ. Je suis assez satisfait de ce service et je suis un auteur plutôt heureux. Mes livres sont assez bien diffusés (on peut les commander dans toutes les bonnes librairies indépendantes et notamment celles regroupées dans leréseau leslibrairies.fr et j'ai eu la surprise de découvrir il y a peu de temps qu'ils faisaient partie des cinq livres les plus populaires de mon éditeursur le forum Babelio. Tous ces avis de lecture qui bien souvent s'accompagnent d'un dialogue avec les auteurs de ces chroniques (comme celui que j'ai avec vous tout de suite) sont toujours passionnants et enrichissants.



4°) Qu'est-ce qui vous a donné envie d'écrire ? D'où vous est venu l'idée ?



J'ai toujours aimé écrire, pour échanger, dialoguer, converser mais aussi pour le plaisir de la musique des langues et particulièrement de la langue que je parle et que j'écris: le français (je suis curieux des autres langues, j'aimerais pouvoir en maîtriser beaucoup d'autres, mais c'est ma langue maternelle qui m'a donné envie d'écrire). L'envie d'écrire me paraît être le reflet inévitable de la lecture. J'aime lire car la lecture aide à rendre le monde «déchiffrable» (curieux ce terme de «déchiffrable» car une langue s'écrit en lettres et non en chiffres et pourtant on dit souvent que l'on déchiffre un texte, comme on déchiffre de la musique).



5°) Quelques mots pour donner envie aux lecteurs de lire votre livre ?



«Sansonnets un cygne à l'envers» se veut d'abord un partage d'écriture, c'est un livre que j'ai voulu écrire comme une invitation à l'écriture, une invitation à vivre. C'est un sourire qui est une réponse à d'autres sourires. J'ai pris plaisir à l'écrire. J'aimerais qu'il vous fasse sourire autant que j'ai souri moi-même en l'écrivant. J'aimerais qu'il fasse jaillir en chacun des bouquets d'imagination, j'aimerais qu'il soit une invitation à regarder et à écouter les autres et le monde autrement, en souriant (d'un sourire joyeux ou triste, moqueur ou nostalgique, d'un sourire simplement humain).

Ma note : 10/10


Vous pouvez retrouver Pierre Thiry en suivant ces liens : 



Chers lecteurs, lisez-vous beaucoup de poésie ? Qu'aimez-vous dans ce genre ? 

-Zélie-

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vous pouvez laisser vos impressions ci-dessous :